Extrait du récit « LIBERTAD - HISTOIRE D’UNE STATUE » Le soir du 1er Juin.

Publié le par smota


poeme-Liza.jpg

 
La chambre me semble vide et l’appel de mon lit défait depuis la veille, ne se fait pas.
Je me couche pourtant, et dans les draps qui se souviennent encore de l’insomnie de ma dernière nuit, je transperce le cosmos.
« Meurs, vieux lâche, ...
il est trop tard ! » Baudelaire passe par là avec son horloge.
« Souviens-toi… Souviens-toi » me dit-il : « Remember ! Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues qu’il ne faut pas lâcher sans en extraire l’or ! »
 
Je cherche des ombres dans ma tanière, au dessus de mon lit,
qui m’aideraient à retrouver des souvenirs.
Besoin de les rassembler tous, pour les ranger et les mettre dans l’ordre, mais l’ordre n’est pas de mise. Mélange de sang, de sel et de soufre.
Plus, la conscience est éloignée de sa source, plus les ombres qui occupent mon esprit, sont incohérentes et chaotiques.
 
Puis, mon soleil devient noir, fini les ombres !
Une conscience qui s’éveille, et soudain un orchestre s’avance.
Je distingue le son d’un violon dont l’archet insiste sur le mi,
vibrant et grinçant avec pertinence.
Le sistre d’Isis marque lui aussi sa présence, elle appelle ses adeptes,
mêlant son cling… cling insolent au rythme de l’horloge de Charles B.
et comme il se doit, une chanteuse au timbre flûté, fredonne une chansonnette pour attirer irrésistiblement les marins naufragés.
La voix de Clara qui résonne et qui résonne encore, sans cesse,
l’orchestre s’en est allé, ma déesse chante seule, a cappella…
Je ne peux pas comprendre les paroles en mi, fa, sol, elle chante en Espagnol
mais je suis envoutée.
SM.

 

Publié dans Clara Mar AMADO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fanfanchatblanc 12/02/2010 14:58


Je ne vois plus mon com.. mais j'ai oublié de te dire que je trouve la page de couverture de ton livre superbe.. Bisous


fanfanchatblanc 12/02/2010 14:54


Bonjour Sylvia,
Magnifique texte qui nous fait toucher du doigt et du coeur cet instant douloureux et fatidique qui bouleverse une vie.. des vies..ta vie..et qui meurtrit. Un vibrant hommage à Clara.Une
inoubliable tragédie qui a permis de découvrir qu'en plus de tes talents de peintre et de sculpteur, tu es aussi un bel écrivain. Je t'embrasse très très fort.


smota 01/02/2010 14:12


...Plus simple:
http://www.slide.com/r/GDQZeM9-yD93XVpM25fH1qc0RjwR72AX


smota 01/02/2010 14:02


Je vous envoie vous balader sur Face Book, vous trouverez un article sur ma page, « HISTOIRE D’UNE STATUE», Slide show sur les différentes étapes de la création d’une statue, qui a commencé 26
jours après la disparition de Clara et qui s’est terminée à la fin d’un été qui restera toujours gravée dans nos mémoires.

http://www.facebook.com/?ref=home#/profile.php?ref=name&id=1496374014


Serge 01/02/2010 09:47


Il en faut longtemps de ces grands pleurs de mère pour qu'à la fin ils se changent en doux attendrissement.